historique

De l’époque EGA (Electricité et Gaz d’Algérie), fournisseur historique d’électricité et de gaz, à l’émergence d’un Groupe énergétique de premier plan au niveau national, reconnu et notoire à l’échelle du continent africain et du bassin méditerranéen, Sonelgaz (Société Algérienne de l’Electricité et du Gaz) a écrit durant cinquante années l’une des plus belles pages du développement économique et social de l’Algérie.

Grâce à son parcours et ses réalisations, à ses hommes et ses femmes et aux valeurs qui les animent, génération après génération, Sonelgaz a mené sans relâche et avec abnégation sa noble mission de service public.

« Joyau de la République », pour paraphraser un ancien ministre, le Groupe Sonelgaz est au cœur du développement économique et social du pays.

Présente partout sur le territoire national, jusque dans les zones les plus éloignées, en assurant un taux de pénétration d’électricité de plus de 99 %, un taux de pénétration de gaz de plus de 60 %, taux les plus élevés au monde, Sonelgaz a contribué à améliorer la qualité de vie des familles algériennes leur permettant d’entrer résolument dans le monde moderne.

Sensible à son environnement, consciente de sa dimension sociale, Sonelgaz a de tout temps adopté une attitude de proximité et une démarche citoyenne ; elle a soutenu massivement les initiatives, encourageant les talents et valorisant l’esprit associatif par le mécénat et le sponsoring.

  • 1946 Création de EGA

    Au début du 20ème Siècle, le secteur de l’électricité, était constitué de concessions aux mains d'entreprises coloniales.
    L’adoption de la loi N° 46-628 du 8 avril 1946 en France métropolitaine, instaurant la nationalisation des activités électriques et gazières, fut étendue à l’Algérie par la nationalisation des entreprises privées d’électricité et du gaz existantes à l’époque, consacrant la création de EGA (Electricité et Gaz d'Algérie) par décret N° 47-1002 du 5 juin 1947.

    L’Algérie disposait alors d’un réseau électrique de faible capacité relevant d’un modèle économique colonial, destiné aux domaines agricoles coloniaux, à de petites industries, à l’éclairage, aux besoins domestiques, à quelques industries alimentaires (moulins, confiseries, semouleries) et industries diverses comme les industries extractives, les chemins de fer et les transports électrifiés (tramways).

  • 1969 Le grand défi : Dissolution d’EGA et Création de Sonelgaz

    En rupture avec l’héritage colonial et afin de répondre à des choix politiques et économiques, l’année 1969 consacra la dissolution d’EGA et sa substitution par la création de SONELGAZ (Société Nationale de l’Electricité et du Gaz), par ordonnance N° 69-59 du 28 Juillet 1969.

    A la nouvelle entreprise est confié le monopole de la Production, le Transport, la Distribution, l'importation et l'exportation de l’électricité, ainsi que celui de la distribution et de la vente de gaz naturel dans le pays.

    De taille déjà respectable, Sonelgaz entamait une nouvelle ère avec un effectif de 6 000 agents pour desservir 700 000 clients Avec un taux d’électrification de 40%, elle disposait de 626 MW de puissance électrique installée, alimentant 665 000 clients BT, 3 180 clients MT et 08 clients HT, ainsi que d’un réseau de transport gaz de 575 km et d’un réseau de distribution gaz de 1 590 km alimentant 168 032 foyers.

    L’essor économique et le développement industriel du pays, sa croissance démographique, l’élévation du niveau de vie de la population, allaient propulsé, Sonelgaz, durant ses 50 premières années et l’ancrer au statut de Groupe industriel de premier rang, d’envergure internationale.

    Ainsi, elle compte aujourd’hui plus de 90 000 agents, dessert 9 184 962 clients électricité et 5 267 105 clients gaz ; dispose de 19 868 MW de puissance électrique installée, de 29 543 km de lignes HT/THT et de 149 742 km de lignes HTA, 179 292 km de ligne BT, ainsi qu’un réseau de transport Gaz HP de 21 329 km et un réseau de distribution gaz BP de 100 268 km.

  • 1983 Le tournant de la première restructuration

    En 1983, quatorze ans après sa naissance, Sonelgaz opère une première restructuration. Elle donnera le jour à cinq filiales dédiées aux travaux spécialisés et à une entité de fabrication : KAHRIF (électrification rurale), KAHRAKIB (infrastructures et installations électriques), KANAGHAZ (réalisation des réseaux gaz), INERGA (Génie Civil), ETTERKIB (montage industriel), et AMC (fabrication des compteurs et appareils de mesure et de contrôle).

    Le choix de ce modèle, (Maison-mère et Filiales), allait conféré à Sonelgaz de nouvelles capacités de déploiement et de gestion de ses projets.

    Ce système d’organisation et de management a permis aux nouvelles sociétés de jouer un rôle prépondérant dans la réalisation des infrastructures électriques et gazières. Il devint alors le précurseur du mode actuel de fonctionnement : autonomie de gestion et réactivité dans un environnement dynamique constant.

  • 1995 Sonelgaz devient EPIC

    Par le décret exécutif N° 95-280 du 17 septembre 1995, la Sonelgaz devient Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC), placée sous tutelle du Ministère chargé de l'Energie et des Mines. Dotée de la personnalité morale tout en jouissant de l'autonomie financière, elle est régie par les règles de droit public dans ses relations avec l’État et réputé commerçant dans ses rapports avec les tiers. Le même décret attribue à la Sonelgaz la mission de service public.

  • 2002 La commercialité au cœur de la nouvelle stratégie

    Par le Décret présidentiel n° 02-195 du 01 Juin 2002, Sonelgaz devient Société Algérienne de l'Electricité et du Gaz, une Société par Actions (SPA). Elle est régie par les dispositions de la loi relative à l'électricité et à la distribution du gaz par canalisations et par les dispositions du code de commerce. Ce statut lui donne la possibilité d'élargir ses activités à d'autres domaines relevant du secteur de l'énergie et aussi d'intervenir à l’international.

  • 2004 Le Groupe Industriel Sonelgaz est né

    En 2004, Sonelgaz se hisse en tête de liste des investisseurs nationaux et s’impose comme un acteur incontournable du développement national avec en perspective : devenir un catalyseur d’investissements nationaux et étrangers dans le secteur national de l’énergie. En conséquence, elle adopte une organisation de Groupe industriel par la transformation en filiales de ses entités en charge des métiers de base : - Production d’Electricité (SPE), Transport d'Electricité (GRTE), Conduite du Système Electrique (OS), Transport du Gaz (GRTG), - Distribution de l'Electricité et du Gaz d'Alger (SDA), du Centre (SDC), de l’Est (SDE) et enfin de l'Ouest (SDO).

  • 2009 Parachèvement de la restructuration, le renouveau

    Entre 2007 et 2009, toujours dans un souci d’accentuer ses performances, Sonelgaz adopte une nouvelle organisation. Celle-ci aboutit à un Groupe comptant 33 filiales et 6 Sociétés en participation directe. Avec l’ouverture de l’Institut de Formation en Electricité et Gaz (IFEG) en 2007, ainsi que la création des sociétés d’engineering, des systèmes d’information et de la gestion immobilière (CEEG, ELIT & SOPIEG) et l’intégration de la Société Rouïba Eclairage en 2009, il parachève sa transformation en une Holding de sociétés déterminée à développer et renforcer ses infrastructures électriques et gazières. La dynamique d'investissement que le Groupe va connaitre concernera sans exception tous les métiers et toutes les zones géographiques du territoire Nationale.

  • 2011 La Holding

    Le 02 mai 2011, les statuts de Sonelgaz, adoptés en 2002, sont amendés par le Conseil des Ministres. Ils deviennent, de ce fait, conformes aux dispositifs de la loi N°02 - 01 du 5 février 2002 relative à l'électricité et la distribution du gaz par canalisations. Désormais, Sonelgaz. Spa est organisée en « SOCIETE HOLDING », sans création d’une personne morale nouvelle. La Holding Sonelgaz et ses sociétés filiales forment alors un ensemble dénommé « Groupe Sonelgaz ».

  • 2012 Nouvel essor, Nouveau cap : les énergies renouvelables

     

  • 2014 / 2015 : Le partenariat au cœur du développement…

    En 2014, en partenariat avec Général Electric, création d’une société dénommée GEAT (General Electric Algeria Turbines), chargée de la réalisation et de l’exploitation d’un complexe industriel situé à Ain Yagout (wilaya de Batna) destinée à produire des TG et TV. Partenariat avec Hyundai et Daewoo et création de la société dénommée HYENCO chargée de réaliser des prestations d’EPC (Engineering, Procurement and Construction) d’ouvrages énergétiques industriels.

  • 2017 Une nouvelle organisation de la Distribution

    2017 fut l’année d’une nouvelle organisation permettant d'améliorer davantage l'efficacité des sociétés du Groupe et de leur faire gagner en efficience à travers la mutualisation de leurs expériences propres et l'harmonisation de leur savoir-faire. Ainsi, le métier de la distribution relève, désormais, d'une seule entité dénommée Société Algérienne de Distribution de l'Electricité et du Gaz (SDC). La SDC est le résultat de la fusion-absorption par cette dernière des sociétés de distribution SDE, SDO et SDA.

  • Dimension internationale

    Création de sociétés mixtes avec des opérateurs internationaux d’envergure. Pour ne citer que les plus récentes :

    • « Vijai Electricals Algérie », destinée à la fabrication de transformateurs de grande puissance, en partenariat avec Vijai Electricals Ltd (Inde);
    • « Boilers Handassa Industrie Algérie » (BHI Algérie par abréviation), spécialisée dans la fabrication de chaudières de récupération et d’échangeurs thermiques, en partenariat avec la société sud-coréenne BHI ;
    • Et la dernière-née « SEDIVER Algérie », spécialisée dans la fabrication d’isolateurs de lignes en verre trempé en partenariat avec Sediver SPA (Italie).